mercredi 16 mars 2011

Je ne sais pas...

Je suis en train de rédiger (enfin) le procès verbal de notre dernier conseil d'administration pour la recherche en communication. C'est urgent car nous avons pris des décisions importantes et les doctorales ont bientôt lieu avec une assemblée générale et un nouveau CA en perspective. Je suis sortie au troquet pour boire mon café au lait (top) et profiter de l'ambiance bruyante qui m'aide à me concentrer (chacun son truc). Ça m'évite aussi les schrrrr schrrrr des boites de légo ou les maman s'il te plaît je peux jouer à l'ordi ou les lave-toi les mains d'abord car les enfants sont en vacances (c'est une sacré habitude ici). Oui, c'est fallas (fête typique de V.), l'horreur. Des énormes constructions laides ou moches (mais tout le monde n'est pas d'accord et je me surprends moi-même à en trouver quelques-unes charmantes, enfin, impressionnantes) à tous les coins de rue, des pétards partout et à tous les âges (j'ai les j'tons mais mes nounours adorent, heureusement ils sont sortis avec quelqu'un d'autre pour faire boum pif paf et oup là), la musique à fond la nuit, les feux d'artifices tous les soirs (heu la nuit), etc.

Bon tout ça n'est pas le propos. C'est que je n'aborde jamais les sujets graves. Je les laisse sous mon quotidien. Dans ma façon de voir les choses, le monde et mes amours. Pourtant je n'ai jamais été rassurée et d'autant moins depuis que j'ai des enfants. En 2001, Mon Minou avait un an et je me demandais comment éduquer un petitou quand des êtres humains confondent la vie avec un jeu vidéo. Aujourd'hui, que dire ? Mon Dad est mort un mois avant le début de la crise économique provoquée par les banques, lui qui ne passait pas un jour sans condamner ces dernières. Je n'écoutais plus. A tord. Mais que faire ? Ça pète dans le monde au point que je vois une guerre mondiale et pas seulement économique avec les riches d'un côté et les pauvres de l'autre, les premiers s'enfermant dans leur blockhaus pendant que les autres rament ou meurent. Pas glop. Pessimiste ? En fait, comme je n'en sais rien, je ne raconte que mon petit quotidien ce petites attentions qui me passionnent. Je me dis (je me suis toujours dit) que c'est « là » que « ça » se passe. « Là », c'est dans nos petites joies et petits soucis de tous les jours et « ça » c'est la vie que j'aime quelqu'en soit la souffrance. Ai-je tord ? Que sais-je ?

La terre tremble, les gouvernements mentent et les dictateurs tuent. Je sais que les gouvernants peuvent être honnêtes, intelligents, généreux. On l'a déjà vu. Je fais au mieux dans mon p'tit coin avec mes p'tits tracas en attendant d'embrasser une grande cause... Quoique... Il me semble que je n'aime que les regards que je peux voir, les cheveux que je peux toucher et les voix que je peux entendre chuchoter. C'est une idée que nous partageons, je crois, avec Marie-Ange, ma chère collègue et amie de Lilith. Une de mes chères, chers. Encore une petite tâche (l'atelier Lilith) qui monte qui monte... Un espace qu'apprécie ses participants où nous partageons nos idées, nos envies et nos travaux (recherche encore). Ah Ah Ah suis-je bête et ringarde avec mon truc de partage ?! Et ben non en fait : et les Amap ? Et les circuits équitables ? Et les actions bénévoles (j'en sais quelque chose!) ? Et ... D'accord d'accord, point trop n'en faut... Je deviens mielleuse, c'est nouveau !

4 commentaires:

seb haton a dit…

Oui, tu avais raison...
Mais pas d'accord avec ton auto-critique sur les trois dernières lignes. Tu ne deviens pas mielleuse mais réaliste et responsable...
J'ai les larmes aux yeux en l'écrivant mais mon idéalisme et mon optimisme actuels sont tout entiers dirigés vers mes neveux, vers les enfants de mes cousins et de mes amis... vers ceux que j'aurais pu avoir et que je n'ai pas eus. Je crois en l'avenir uniquement pour eux. Si je n'aimais pas les enfants, si mes proches n'en avaient pas, je crois que je pourrais ne plus en avoir à foutre de rien...
Oui, il m'arrive d'être triste parfois, et même grossier... mais bordel ! J'y crois encore !
énormes Bizz
s.

BEMB a dit…

Ah non un bon coup de gueule n'est pas signe d'irresponsabilité ! Je préfère une méchanceté bien placée qu'une lâcheté accompagnée d'un discours gentil... Je me méfie des mots... J'écris quand même va, je prends des risques, folies ! Toi aussi, je sais je sais ! Allez ne pleure pas, ou plutôt si, pleure pleure pleure et continue de te bouger le derrière, j'ai confiance va !

seb haton a dit…

Bon, je retiens que tu as confiance aussi.
Je suis entouré de gens confiants, je vis dans une région où les gens confiants sont légion. Ils le sont aussi dans ma famille... bref, le monde n'est pas foutu et je le dis tous les jours...

BEMB a dit…

Ouf !